SAULE

Salix

Salis Alba tristis

Le genre compte plus de 300 espèces originaires de l’ensemble des régions froides et tempérées de l’hémisphère Nord. Les saules portent des feuilles alternes, caduques, sauf quelques espèces au feuillage persistant.
Au printemps, certaines espèces nous enchantent avec leur gros chatons.

Espèces

Salix alba atteint fréquemment 25 m et on le trouve partout en France, où il est indigène. Il est souvent conduit en têtard, par tailles sévères et régulières de ses branches de manière à former une touffe au sommet du tronc. Une pubescence soyeuse donne des feuilles blanc-gris
dessous et constitue tout l’intérêt ornemental de l’arbre. La cime est ample, dense, à rameaux dressés diversement colorés, portés par des branches écartées, de couleur grise, sur un tronc droit dont l’écorce se fissure très tôt.

Salix Alba

Parmi les variétés cultivées, retenons :
- "Aurea", chatons vert-jaune, branches dorées à l’état juvénile ;
- "Calva", feuilles vert-gris, bleutées dessous, ne craint pas les sols inondés, port largement conique, sans axe dominant ;
- "Chermesina", rameaux rouge-orangé brillant, particulièrement décoratifs l’hiver ;

Salix babylonica crispa

- "Liembde", cultivar mâle de "Calva", droit, très vigoureux, utilisé de ce fait pour des brise-vent et des alignements.
- "Siricea", le saule argenté, aux feuilles soyeuses sur les deux faces, gris argenté. Très beau cultivar de petite taille.
- "Tristis", saule blanc pleureur, clone femelle, port arrondi, branches jaune brillant et pleureuses sans atteindre le sol. Feuilles au dessous argenté. Plus petit que le type.
- "Vitellina", rameaux jaune d’œuf en hiver, souvent cultivé pour l’osier.

Salix caprea

Salix babylonica, le saule pleureur de Babylone.
- Les saules pleureurs peuvent atteindre 10 à 12 m et possèdent un gros tronc à écorce fissurée. Les feuilles sont entièrement lisses, longues et obliquement acuminées. Les rameaux, démesurément longs et souples, d’abord vert pâle, vert jaunâtre, deviennent bruns avec l’âge.

Salix caprea pendula

Les variétés cultivées sont :
- "Crispa", à feuilles enroulées en spirales ou en anneaux ; plus petit que le type.
- "Pseudo Safsaf", à port moins pleureur et plus vigoureux.

Salix babylonica est en fait le vrai saule pleureur, mais il est finalement beaucoup moins répandu que ses "usurpateurs" comme : Salix x blanda, à rameaux moins allongés et Salix x Chrysocoma à ramure jaune doré en hiver.

Salix fragilis Bullata

Salix caprea. Le saule marsault est indigène en France et peut atteindre 10 m et plus. Il se distingue des autres saules par ses feuilles largement ovales, rugueuses, tomenteuses dessous, vert grisâtre dessus, légèrement luisantes, à pointe arquée. Il est tolérant vis-à-vis du climat et du sol, qu’il peut supporter relativement sec. Outre les hybrides plutôt buissonnants, le saule marsault a produit un cultivar pleureur : "Pendula".

Salix caprea

Salix x sepulcralis "Erythroflexuosa" . Croisement de Salix matsudana "Tortuosa" et de Salix alba "Tristis", le saule tortueux hybride ressemble plus au premier par son port érigé et souple, ses rameaux jaune-orangé, contournés et torsadés.

Salix fragilis

Salix fragilis. Deuxième arbre véritable parmi les saules indigènes, le saule fragile occupe une aire qui va jusqu’en Asie.
- Il est tout aussi vigoureux, mais moins haut (15 m) que le saule blanc. Sa cime est très large et ronde. Son tronc peut atteindre 6 m de circonférence. Les rameaux brun-rouge à jaune olivâtre, glabres et luisants, se cassent à la base en gardant une vraie souplesse d’osier sur leur longueur.
- Les feuilles deviennent brillantes après avoir été pubescentes, vert bleuté clair dessous et vert clair dessus.
- Le saule fragile est sensible au vent.

Salix matsudana "Erythroflexuosa

Salix matsudana (=Salix babylonica pekinensis). L’hiver, on découvre chez l’espèce type un port gracieux, une cime large composée de rameaux dressés vert olive-jaune. Le saule de Pékin ressemble au saule blanc, mais il est moins vigoureux (18 m maximum) bien que de croissance suffisamment rapide. Ses feuilles, vert frais et lumineux, ont des reflets bleutés en dessous. Elles se forment tôt et tiennent longtemps sur l’arbre. Il végète en sols secs et possède une grande résistance au froid.
- "Pendula" présente des rameaux retombants ;
- "Tortuosa", saule tortueux, est une forme intéressante pour ses rameaux contournés.

Salix matsudana

Salix nigra . Le saule noir, haut de 12 m au maximum, est originaire d’Amérique du Nord. Son port très gracieux provient, en partie, de ses branches étalées. Les jeunes rameaux sont jaunâtres, légèrement pubescents et fragiles. Ses feuilles sont vert pâle, et l’écorce rugueuse brun foncé se desquame.

Salix nigra

Salix pentandra. À l’état naturel, le saule laurier peut mesurer jusqu’à 18 m et, isolé, il développe un dôme large et bas. D’origine nordique, il est également spontané dans nos montagnes. Il est souvent cultivé en têtard et fournit un osier de bonne qualité. La floraison, après le début de la feuillaison, montre des fleurs mâles jaune d’or. Les rameaux sont vert olive à jaunes. Les feuilles, à odeur résineuse, assez larges, sont vert brillant et rappellent celles du laurier.

Salix pentandra

Salix integra "hakuro-Nishiki" . Le saule crevette, originaire du Japon, est un saule arbustif greffé sur une tige de salix matsudana ou bien Salix viminalis. C’est un arbuste très décoratif du printemps jusqu’en automne du fait de son feuillage : au printemps les feuilles sont teintées de rose puis, en été elles se parent de marques blanches ou crème. Comme son porte greffe, il exige un sol humide et frais. En fin d’hiver, au début du printemps, effectuer une taille en boule : ne laisser que 10 cm du départ des branches de l’année précédente.

Salix pentandra

La taille est indispensable pour lui conserver un beau port en boule. Mais c’est surtout de cette taille que dépend l’esthétisme de ses couleurs. En effet ce sont les nouvelles pousses qui présentent les plus beaux dégradés de rose et de blanc ce qui donne tout l’aspect décoratif.

Salix pentandra

Culture

Les saules aiment les grands espaces libres, la lumière, et doivent être plantés en isolés. Par leur provenance, ils préfèrent les bords de l’eau et, de façon générale, les sols humides.
- Presque tous les saules (surtout les osiers) rejettent si bien de souche qu’il est alors très facile de les maintenir en cépées (rabattage au pied) ou en têtard (rabattage sur tronc à 1 ou 2 m du sol ), en effectuant des coupes régulières, tous les 2 ans.

Saule marsault

- Les saules se bouturent très facilement. Lors de la taille, en début d’hiver, prélever des rameaux de 25 cm de long, les écorcer sur 2 cm à la base pour favoriser le développement des racines, et les enfoncer dans un mélange de sable et de terreau sur 10 cm environ, dans un trou fait au jardin ; les pailler sur 10 cm et arroser copieusement sauf en période de gel, au printemps on verra démarrer les premières feuilles. Planter ces boutures à l’automne suivant à leur emplacement définitif.

Saule crevette


Commentaires

mercredi 1er avril 2015 à 12h05

bonjour
quel type de saule au feuillage persistant,peut on utiliser en haie ?
par avance merci
cdt

Logo de Pycris
dimanche 18 novembre 2012 à 23h01 - par  Pycris

Bonjour,

Comme tous les saules, le plus facile est d’en faire des boutures comme c’est indiqué dans l’article.

Les boutures se prélèvent en ce moment, en début d’hiver.

Bonne chance !

dimanche 18 novembre 2012 à 12h17

Bonjour

Comment reproduire le saule marsault mâle ? (salix caprea).

Est t il possible de le greffer ? (si oui à quelle époque et quel type de greffe ,,

Par avance merci
Cordialement