Pour réussir les orchidées

et les garder longtemps.

Voici un résumé de ce qu’il faut savoir pour conserver de longues années ces précieuses plantes fleuries.

Phalaenopsis

Luminosité
- La majorité des orchidées exotiques réclament une luminosité importante et beaucoup un bon ensoleillement. Attention toutefois aux rayons brûlants de midi qui devront être atténués par un voilage. Éviter les expositions au nord, qui sont insuffisantes pour ces belles exotiques.

Si votre intérieur est peu éclairé, faites votre choix parmi les paphiopedilums, la culture des autres espèces étant probablement vouée à l’échec, à moins d’installer un éclairage artificiel : choisissez deux tubes fluorescents, l’un à lumière froide (blanc industriel), l’autre à lumière chaude (blanc rosé).

Air
- Toutes les plantes cultivées en intérieur ont besoin d’air. Dès que la température extérieure le permet, ouvrir les fenêtres, sans oublier de sortir les cymbidiums à la belle saison.

cymbidium

Humidité
- La quasi-totalité des orchidées ont besoin d’une hygrométrie comprise entre 50 et 80% ... ce qui est impossible à réaliser en appartement ! Dans la mesure du possible, installer près des plantes un humidificateur électrique. Sinon, disposer des saturateurs sur les radiateurs et placer l’orchidée sur un lit de gravillons ou de billes d’argile expansé maintenus humides en permanence (attention, le pot ne doit surtout pas baigner dans l’eau).
- Si on cultive des espèces de serre chaude, il faut poser le tout sur la tablette d’un radiateur installé devant une fenêtre et surveiller le niveau d’eau pour que les plantes ne dessèchent pas.

cymbidium

Important : lorsque les plantes vivent côte à côte, les plantes se déshydratent moins vite. Il se crée même un microclimat bénéfique. Regrouper les orchidées, leur associer quelques compagnes d’origine tropicale pour qu’elles se portent mieux.

Une bonne habitude à prendre : vaporiser chaque matin de l’eau tiède non calcaire sur les racines ou le mélange.

L’eau non calcaire : à l’exception du paphiopedilum et du cymbidium, vaporisations et arrosages doivent être effectués à l’eau non calcaire. L’eau de pluie est préférable, mais pas toujours facile à récupérer.

Les excès d’eau : la principale cause d’échec de la culture en appartement réside dans des arrosages excessifs. En général, arroser une ou deux fois par semaine, après que le mélange a séché en surface. L’idéal est de tremper tout le pot dans un seau d’eau, pendant 5 minutes, laisser égoutter et replacer sur les gravillons. Pour les orchidées à racines apparentes, comme les phalaenopsis, observer les racines : elles sont blanc-gris lorsqu’elles ont soif ; humidifiées, elles verdissent.

Les arrosages doivent être augmentés : au printemps et en été, la luminosité étant plus forte ; lorsque la température est élevée, l’air plus sec et l’aération importante ; en période de croissance, quand le feuillage est bien développé.

Cattleya

Nourriture
- Les orchidées ne vivant pas dans de la terre, elles n’ont donc pas de nourriture à leur disposition. Mais elles ont un appétit d’oiseau !

Faire des apports d’engrais spécial orchidées dilué de moitié. Si on utilise un engrais soluble, compter un gramme par litre d’eau.
- Pour éviter l’accumulation de sels minéraux, dangereuse pour les orchidées, il vaut mieux prendre ces précautions : arroser généreusement le matin, donner de l’engrais le soir, arroser le surlendemain et ne pas laisser sécher le compost les jours qui suivent.
- L’été faire des apports d’engrais une fois par semaine, et toutes les trois semaines le reste du temps.
- Suspendre l’opération pendant un mois pour les orchidées observant une période de repos, ainsi que pour les plantes nouvellement rempotées.

Phalaenopsis

Rempotage
- À l’exception des toutes jeunes plantes, qui peuvent être rempotées chaque année, les orchidées ne sont soumises au rempotage que tous les deux ou trois ans, et seulement lorsque de nouvelles pousses apparaissent ou que les pseudo-bulbes ou les racines dépassent du contenant. Les racines aériennes doivent rester à la lumière et ont une fonction de maintien sur le support (tronc recouvert de mousse de sphaigne).

Quand rempoter : au printemps de préférence et quand les plantes font leurs nouvelles racines.

Comment rempoter : préférer les contenants en plastique qui n’absorbent pas les sels minéraux des engrais. Opter pour un pot d’une taille à peine supérieure ou conserver le même s’il s’agit d’espèces fleurissant mieux quand elles sont à l’étroit (oncidium et odontoglossum, par exemple). Pour chaque type d’orchidée, les producteurs utilisent un mélange défini. Toutefois, on peut se contenter d’un mélange léger et aéré, composé de sept parts d’écorce de pin, deux parts d’argile expansée lavée et une de mousse de polyuréthane. Profiter de ce rempotage pour supprimer sans hésiter toutes les racines noires, molles ou mortes.

Phalaenopsis

Faire refleurir les orchidées
- La grande majorité de ces plantes a besoin d’un choc thermique pour former de nouvelles hampes florales. Comme il n’est pas forcément aisé, en appartement de réduire le chauffage durant la nuit, on a tout intérêt à placer ces orchidées exigeant de la lumière devant une fenêtre, car la température s’y élève le jour pour descendre la nuit.

Certaines espèces comme les cymbidiums demandent un séjour en plein air pendant l’été, exposés au soleil du matin, éviter le soleil aux heures les plus chaudes de la journée. Une meilleure ventilation améliore l’induction des fleurs. Attention, ne pas confondre ventilation et courants d’air. Ces derniers sont mortels pour la plupart des orchidées.
- On peut en rassembler plusieurs exemplaires dans une panière et accrocher le tout aux branches basses d’un cerisier, par exemple.

Phalaenopsis


Commentaires

Navigation

Articles de la rubrique