Les rosiers-arbustes modernes


Dans la nature, la plupart des rosiers arbustes sont disséminés et disposent de tout l’espace nécessaire pour se développer et pour fleurir. Dans les jardins assez grands, ils sont cultivés de la même façon, seuls ou en petits groupes que souligneront quelques plantations plus basses. De façon à pouvoir les admirer de toutes parts, isoler les formes à port étalé.

Arbuste "Clair Matin"

Le rosier-arbuste montre des tiges bien développées et ne se vêt de feuillage qu’à une certaine hauteur, en principe inférieure au mètre. Son extension latérale est beaucoup plus grande que sa hauteur et sa silhouette forme une sorte de rectangle.

La distinction entre rosiers-arbustes modernes et rosiers-arbustes anciens est assez floue et ne repose que sur la date d’obtention. Les rosiers-arbustes anciens sont le plus souvent des variétés de Rosa rugosa, tandis que les rosiers modernes sont plus variés et résultent de croisements entre rosiers botaniques et hybrides de thé.

Si tous les rosiers sont, botaniquement parlant, des arbustes, on qualifie du terme "arbuste" par opposition aux rosiers "buissons" ou "à massifs" des rosiers à la taille en général plus élevée (1,20 à 3 m) et au port plus érigé.

Ce sont des plantes robustes, très rustiques, qui peuvent être utilisées isolément ou peuvent former des haies, seules ou en association avec d’autres arbustes.

arbuste moderne

Rosa hugonis : rosier botanique, non remontant, 2,50 m de haut pour 1,80 d’étalement, forme évasée, éblouit toujours par sa floraison unique mais d’une remarquable profusion. Dès le début du mois de mai, les tiges brunes s’arquent sous le poids de centaines de petites fleurs simples d’un jaune brillant. Ensuite, le feuillage léger comme celui d’une fougère, prend le relais du charme et de la délicatesse de l’été jusqu’à l’automne, où il se pare d’orange et de bronze.

Rosa hugonis

Rosa omeiensis : rosier botanique, remontant. Ce magnifique rosier sauvage se distingue par son feuillage semblable à celui de certaines fougères. Il a de fortes branches armées à la fois de grosses épines recourbées et de très nombreuses petites pointes. Les grosses épines, très attractives, sont transparentes dans leur jeune âge et sont alors colorées de rouge vif. L’arbuste produit des tiges de près de trois mètres de long dont le feuillage s’étale sur 1,80 m de large. Il donne des fleurs blanches à quatre pétales - une rareté chez les rosiers - dont les longues étamines sont jaune pâle. La fructification automnale de la plante consiste en fruits en forme de petites poires d’un rouge vif.

Rosa omeiensis

Rosa pimpinellifolia : rosier botanique, non remontant qu’on appelle rosier pimprenelle est rustique à toute épreuve. Il fleurit fin mai,en abondance. Les petites fleurs sont simples, blanc crème légèrement teinté de rose, sur un feuillage très fin ressemblant à celui d’une fougère. Elles seront suivies à l’automne par de très nombreux fruits noirs.

Rosa pimpinellifolia fruits

Rosa pomifera : rosier botanique, non remontant, de taille souvent supérieure à 2 m, s’étale sur environ 1,80 m. Son feuillage gris-vert duveteux est plus ou moins parfumé suivant les régions où il est planté. Le soleil a une influence majeure sur l’intensité de ce parfum. Ses fleurs rose clair sont simples et très parfumées. La fructification se compose de fruits en forme de petites pommes, couvertes de soies d’un rouge violacé très spectaculaire. Ils sont utilisés pour faire les confitures de "gratte-culs".

Rosa pimpinellifolia

Rosa rubrifolia : rosier botanique, non remontant, feuillage et tiges vert glauque pourpré. Petites fleurs simples aux pétales étroits et bien séparés les uns des autres. En plein épanouissement, leur couleur est double : rose-mauve clair à l’extrémité, rose très pâle au centre. Ces fleurs se regroupent en bouquets sur l’arbuste qui atteint 1,80 m de haut pour une largeur de 1,50 m.

Rosa rubrifolia


Commentaires

Navigation