Les insecticides naturels


Le terme "naturel" est interdit sur les emballages.

arrosoir

Il existe néanmoins de vrais insecticides "végétaux" à base de pyrèthres ou de roténone et des insecticides "biologiques", préparations de Bacillus thuringiensis, bactérie très active sur les chenilles et spécialement sur les processionnaires du pin.

Ces produits sont sans danger pour l’environnement.

Il est inutile de s’encombrer d’une panoplie d’insecticides. L’essentiel est de disposer toujours d’un produit de traitement d’hiver, d’un produit polyvalent et d’un insecticide du sol. On peut rajouter un insecticide systémique si on a beaucoup de rosiers et d’arbres fruitiers sensibles aux pucerons.

Quelques trucs de grand-mère  :
- Plantez des ricins entre les pieds d’aubergines et de pomme de terre, les doryphores ont tellement horreur de cette odeur qu’ils s’en éloignent.
- Entre les rangs de carottes, plantez quelques pieds de Tagètes (œillet d’Inde) pour éloigner la mouche des légumes.
- Deux ou trois pieds de fèves au milieu des haricots attireront les pucerons noirs avant que ceux-là ne trouvent les haricots.
- Le purin d’orties en pulvérisations élimine les pucerons.
- La décoction de rhubarbe : 1,5 kg de feuilles de rhubarbe pour 10 l d’eau, faire bouillir 10 minutes, laisser refroidir et filtrer, à utiliser pure. Est efficace contre les pucerons, particulièrement ceux des rosiers.

L'absinthe

- L’absinthe est une précieuse alliée... en matière de jardinage seulement ! C’est un insectifuge puissant à utiliser en décoction, notamment contre la piéride et la carpocapse. Pour obtenir 10 litres de produit actif : Recouvrir d’eau bouillante 300 g de plante sèche ou 1 kg de plante fraîche, laisser infuser 5 mn au moins, filtrer et pulvériser.
- Pour désinfecter le terreau avant d’effectuer les semis, le passer au four moyen pendant deux heures en le recouvrant d’une feuille de papier d’aluminium.
- Leurrer le ver du poireau, l’altise et la péride du chou : préparer une décoction de feuilles de tomates qu’on laisse macérer plusieurs jours ; la pulvériser sur les choux, les poireaux (en juillet) ... .Les insectes s’éloigneront de leur hôte de prédilection.

Rue (Ruta)

- Cultiver la rue (Ruta), herbe très amère mais aux nombreuses propriétés répulsives : les insectes fuient l’odeur de la rue. Faire sécher des feuilles de rue, les réduire en poudre et protéger les semis et jeunes pousses avec cette poudre.
- Planter de la lavande à côté des rosiers, cela éloignera (entre autres) les pucerons verts.

La Tanaisie

- La Tanaisie (Tanacetum vulgare) : En purin, 100 g pour 10 l d’eau, la tanaisie a des vertus insectifuges, insecticides et fongicides contre la rouille et le mildiou.
- Récupérer l’eau de cuisson des pommes de terre pour l’utiliser en pulvérisation contre les pucerons.

Un insecticide fait-maison, déjà utilisé par ma maman :
- Pour 1 litre d’eau, ajouter :

  • 1 cuillerée à soupe (15 ml) de savon noir
  • 1 cuillerée à soupe d’alcool à brûler
  • 1 cuillerée à soupe d’huile de colza
    - bien mélanger et pulvériser sur les petites bêtes indésirables.

Quelques conseils pour bien traiter Pulvérisateur à lance

- Il ne suffit pas d’avoir le bon matériel et les bons produits pour traiter efficacement, il faut aussi une certaine habileté et quelques précautions...
- On a remarqué que certains insectes, notamment les pucerons, mais aussi les mammifères comme les rats et les souris, développaient une résistance naturelle aux produits de traitement. Il est donc recommandé de changer de marque régulièrement et de vérifier à chaque fois que le produit actif est différent.
- Les délais seront scrupuleusement respectés avant la récolte, car certaines substances sont plus ou moins longues à s’éliminer, même si l’on sait qu’il n’y a pas de produits véritablement dangereux dans le commerce, car les règles déontologiques de la profession interdisent de mettre sur le marché des substances classées Liste 1. Tout produit présentant une bande rouge est donc destiné à un usage professionnel, et mieux vaut ne pas l’employer par prudence.
- Les produits classiques s’éliminent généralement en quinze jours, les produits systémiques pas avant un ou deux mois ; il est d’ailleurs strictement interdit d’employer ces derniers sur les cultures alimentaires quelles qu’elles soient.
- Ne pas traiter en période de gel ni en plein soleil.

petit pulvérisateur
-Après chaque traitement, rincer soigneusement le matériel (pulvérisateur, récipients) graisser les joints éventuellement. Se laver soigneusement les mains et la figure et changer de vêtements.
- S’il reste un fond de produit préparé dans le pulvérisateur, le jeter dans un trou ménagé dans le sol (30 à 40 cm) ainsi que l’eau de rinçage du matériel : en les versant dans l’égout, ils iront aux ruisseaux. Certains produits redoutables, comme les herbicides, pourraient, transportés par les eaux, provoquer des dégâts ailleurs.


Commentaires