Les formes palissées


Cette forme s’adosse à un mur ou prend place sur une armature adaptée, l’arbre est conduit pour obtenir une forme plate, destinée aux petits jardins. Cet arrangement de la ramure nécessite un entretien constant afin de conserver la structure si singulière.

On conduit ainsi :
- en cordon horizontal : pommiers et vignes,
- en losanges (croisillons) pommiers et poiriers,
- en palmettes, en U ou double U : poiriers.

La palmette oblique à 3 branches permet de garnir des murs peu élevés.
- Le double U, par son équilibre et sa forme régulière, semble la forme la mieux adaptée.
- Ces formes s’obtiennent à partir d’un scion, rabattu le premier hiver à 30 cm du sol, au dessus d’un œil placé vers l’extérieur, à l’opposé du mur ou d’une armature. Au printemps on ne garde que 3 yeux d’extrémité : celui de face et un de chaque côté. Tous les autres sont éborgnés.


Formation d’une palmette : 1ère année hiver  : rabattre le scion à 30 ou 40 cm du sol au-dessus d’un œil placé à l’opposé du mur.

- Les pousses qui se forment sont palissées le long de baguettes reliées à l’armature constituée de 3 lattes verticales espacées de 45 cm et d’un latte horizontale placée à 30 cm du sol. Lorsque les rameaux latéraux sont assez longs, on les relève à l’extrémité pour les accrocher au support. Tout au long de l’été, on descend petit à petit les tuteurs latéraux pour les ramener à l’horizontale, sur la latte du bas. Cette position définitive est acquise en fin de saison. La pousse centrale est palissée droit dans le prolongement du tronc sur la latte verticale. Ne pas trop serrer les liens en raphia, pour éviter l’étranglement de la branche.


2ème année été  : ne laisser se développer que trois pousses : deux latérales et le prolongement central.

- La seconde année, on effectue une taille d’hiver en rabattant les rameaux latéraux aux 2/3 de leur longueur, sur un œil situé de face. Le plus souvent la coupe se fait dans la partie précédant la courbure du rameau. Il suffira de palisser la jeune pousse par la suite. Pour la palmette Verrier, le rameau vertical est coupé le plus court possible sur le premier œil de face qui a un bon développement.
- En cour de végétation, les pousses terminales des branches latérales sont palissées définitivement le long de l’armature et la branche verticale est fixée au fur et à mesure de sa croissance. Les départs latéraux éventuels, sont pincés à 3 yeux.


2ème année hiver  : relever l’extrémité des rameauxlatéraux et les palisser sur les lattes. Etêter la pousse centrale au dessus d’un œil extérieur à 40 cm du 1er étage.

- La troisième année, l’hiver voit se terminer la formation de la palmette par la création du "second étage" de végétation. Les deux branches latérales sont taillées sur un œil de face à 35/40 cm au-dessus de la partie coudée, et la branche centrale à 30 cm de hauteur sur un œil latéral. Dès le début des beaux jours, on pose deux lattes verticales distantes de 30 cm sur lesquelles viennent s’accrocher les deux pousses d’extrémité de la tige centrale. Toutes les autres sont éborgnées.


3ème année hiver  : éliminer le rameau central. Palisser définitivement les deux étages sur les lattes verticales.

- Les années suivantes, la palmette ne reçoit plus de taille de formation. On se contente simplement d’allonger les prolongements de 20/25 cm, en coupant plus fortement les branches centrales. Une taille de fructification classique est appliquée sur les rameaux latéraux.

Afin de maintenir les branches charpentières dans leur position verticale, on taille une année au-dessus d’un œil placé à droite, et l’autre année au-dessus d’un œil placé à gauche sur la branche.

La formation d’un cordon.
- Cette forme fruitière très chétive, une branche horizontale palissée à 40 cm du sol, est réservée uniquement au pommier greffé sur Paradis.
- Le système de formation est le même, il suffit de conserver une ou deux branches et de leur appliquer la taille des palmettes jusqu’à la 2ème année.

1ère année :-tuteurer le scion et courber sa partie supérieure sur un fil de fer tendu à 40 cm du sol.

2ème année : supprimer toutes les pousses verticales et pratiquer la taille de fructification normale sur les rameaux latéraux.

Les années suivantes, tailler toutes les coursonnes et ramener le prolongement à un tiers de sa longueur initiale.

Avantages
- On obtient des fruits faciles à surveiller et à cueillir ;
- l’espace occupé est très restreint.

Inconvénients
- Taille régulière obligatoire ;
- installation des armatures support


Commentaires

Navigation

Mots-clés de l’article