La mise en place de la pelouse


La pelouse, zone calme et apaisante, est la respiration du jardin, dont elle met en valeur le relief et les couleurs. Cet espace convivial peut être aménagé de mille façons et comprendre notamment des aires de repos avec des bancs.

Gazon

L’emplacement
- Quel que soit le type d’espace retenu, on choisira un emplacement bien ensoleillé, bien drainé et le plus plat possible. Il existe aussi des mélanges de semences adaptés aux terrains ombrés ou humides.

Le relief du terrain pose plus un problème d’entretien que de santé du gazon, encore que l’herbe ait naturellement tendance à sécher sur les bosses et à se noyer dans les creux. Ainsi le passage de la tondeuse devient problématique si le terrain est trop accidenté. Il en va de même si la pente est trop forte, bien que l’on puisse résoudre ce problème à l’aide de tondeuses sur coussin d’air.

pelouse

Le travail du sol
- La nature du sol joue bien entendu un rôle, suivant qu’elle est sableuse, argileuse, calcaire ou non... . Les vendeurs de graines spécialisés offrent des choix de semences adaptés à tous ces cas.
- La préparation du sol doit se faire longtemps à l’avance. Dans l’été qui précède le semis, on commence par faire place nette en désherbant soigneusement le terrain manuellement ou chimiquement. Dans ce dernier cas, ce sont les herbicides systémiques, véhiculés par la sève des plantes et se décomposant vite sans laisser de traces, qui sont les plus adéquats.
- Un mois avant le semis, on retourne le sol à la bêche ou au motoculteur, ce qui lui donnera le temps de bien s’aérer. Ce travail permettra également aux graines de mauvaises herbes, s’il en reste dans le sol, de germer, ce qui aidera le jardinier à les éliminer aisément. Le terrain est ensuite passé à la motohoue ou au motoculteur équipé de fraises.
- On profitera de ces travaux pour retirer les cailloux et les racines, et enfouir les amendements et les engrais. On procédera à un apport d’humus, soit sous forme de terreau, soit sous forme de tourbe, à raison de un ou deux seaux par mètre carré. Dans les terrains très sableux, on doublera cette dose, l’humus étant un régulateur d’humidité. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle il est également bon dans les terres lourdes, où l’on apportera en outre deux seaux par mètre carré de sable grossier.
- Une fois ces travaux effectués, on affine encore le sol en passant une fois dans un sens, une deuxième fois perpendiculairement à ce premier sens. Puis on passe le rouleau, quelques jours après, et on ratisse de nouveau en veillant bien à éliminer les creux et les bosses.
- Quelques jours après, on incorpore, toujours au râteau, un engrais à décomposition très lente, en ayant la main légère.
- On sème dix jours plus tard. Entre ces travaux, on éliminera les mauvaises herbes qui auraient pu apparaître.

Pelouse

Les semis
- L’époque des semis est, en théorie, indifférente, pourvu qu’il ne fasse pas trop froid ni trop chaud. On retient le plus souvent les demi-saisons : septembre ou fin avril. Il fait alors encore, ou déjà, assez chaud pour que la germination ait lieu rapidement et régulièrement, mais pas trop pour que les plantules souffrent. De plus, la pluviométrie de ces époques est parfaitement satisfaisante, et il ne faudra arroser que si les précipitations sont insuffisantes.
- Dans les régions à hiver précoce et froid, on sème plutôt au printemps, le gazon n’ayant pas le temps de s’établir avec un semis d’automne. Dans le Midi, en revanche, en raison des étés précoces et très secs, on sème plutôt en automne. En dehors de ces cas extrêmes, il peut être intéressant pour l’amateur de semer une moitié de la pelouse en automne, l’autre au printemps. En effet, les longs travaux de préparation immobilisent le sol en le rendant impraticable. Si la pelouse doit être une voie de passage pour accéder au reste du jardin, on aura tout intérêt à ne pas le sacrifier entièrement. On ratisse une dernière fois, juste avant de semer. On répartit l’ensemble des graines en deux moitiés. On en réservera par ailleurs une petite quantité, qui servira ultérieurement à combler les trous, quasi inévitables, qui apparaîtront quand le gazon aura germé. On compte en moyenne de 30 à 40 grammes de graines par mètre carré pour un ensemencement correct.
- Pour semer régulièrement, on divise la surface en bandes, à l’aide d’un cordeau. On ensemence les bandes, les unes après les autres avec la première moitié de graines. Puis on trace des bandes perpendiculaires aux premières, et on sème l’autre moitié. On termine en passant le rouleau, et, si le temps est sec, on arrose en pluie très fine.
- Au bout de trois semaines environ, l’herbe a atteint 3 à 4 cm de haut. On la roule alors au rouleau léger, pour assurer son enracinement. La première tonte intervient 3 semaines à un mois plus tard. On passe alors la tondeuse réglée sur la position la plus haute.

ombre fraîche


Commentaires

Navigation

Articles de la rubrique