La formation d’un fuseau.


Sur un tronc qui se prolonge en hauteur (1,80 à 2 m) des branches sont disposées alternativement à environ 0,10 à 0,15 m les unes des autres. le fuseau est surtout utilisé pour le pommier et le poirier.
- La bonne végétation d’un fuseau dépend de l’horizontalité des branches qui a pour effet de ralentir la montée en sève et d’accroître la productivité.
- Comme on veut obtenir un volume pyramidal, on est amené à tailler plus long les branches inférieures et beaucoup plus court les rameaux d’extrémité, afin de limiter leur allongement si l’on veut conserver la forme désirée.

Le fuseau est une forme semi-naturelle qui convient bien aux pommiers et aux poiriers. Planté en automne, le scion est rabattu à 50/60 cm du sol, au dessus d’un œil bien développé, placé de préférence à l’opposé du bourrelet de greffe.


1ère année  :
- rabattre le scion au-dessus d’un œil à 50 ou 60 cm du sol.

- Pendant la végétation, l’œil d’extrémité développe une pousse verticale et les trois ou quatre bourgeons inférieurs se transforment en rameaux latéraux. Il n’y a rien à faire à ce stade.


2ème année  :
- couper la flèche centrale et rabattre les pousses latérales à mi-longueur.

- La seconde année, à la période normale de la taille, il faut rabattre la flèche à 20/25 cm, en veillant à tailler sur un œil dirigé dans le sens opposé à la direction du rameau. Les pousses latérales sont rabattues à mi-longueur et l’on contrôle l’équilibre de la ramure. Il ne faut pas conserver plus de 4 branches, veiller à leur espacement mutuel. Si 2 branches partent du même point, il est préférable d’en éliminer une. Pendant la végétation, pincer à 5 feuilles en juin et à 3 feuilles en août pour favoriser la ramification, mais il ne faut pas intervenir sur les prolongements des branches charpentières.


3ème année :
- allonger les charpentières de 25 cm environ.

Les années suivantes, une taille méthodique de fructification sera appliquée et toutes les extrémités des branches charpentières seront allongées de 20/25 cm avec alternance de l’œil terminal. Éventuellement, on pourra couper certaines branches importantes si elles sont en surnombre.

Le fuseau présente beaucoup d’intérêt pour le jardin de l’amateur, car il donne une production abondante et de beaux fruits sur une surface restreinte.

Astuces
- Lorsque l’on taille la flèche d’un fuseau laisser l’œil terminal tantôt d’un côté tantôt de l’autre, comme sur les formes palissées, pour qu’elle garde sa position verticale.
- Lorsque l’on taille les branches charpentières d’un fuseau, couper au-dessus d’un œil extérieur, de façon à assurer l’évasement. Cependant, si l’on désire renforcer une branche faible, couper au-dessus d’un œil placé au-dessus ; cet œil donnera naissance à un prolongement vertical qui poussera plus vigoureusement.
- Si, lorsqu’on a taillé au-dessus d’un œil extérieur, c’est quand même un œil placé au-dessus qui pousse avec vigueur, au détriment du premier, couper au ras la branche issue de l’œil du dessus : c’est"l’ébourgeonnement".


Commentaires

Navigation

Mots-clés de l’article