L’ÉLAGAGE


L’élagage est l’entretien des grands arbres d’alignement ou d’ornement devant épisodiquement recevoir une taille importante pour conserver des dimensions raisonnables dans d’harmonieuses proportions.
- Comme il est nécessaire de grimper aux arbres pour tailler les grosses branches, l’élagage est considéré comme une tâche de spécialiste en raison des dangers qu’il représente.

L’élagage a pour but d’aérer la ramure, de réduire les dimensions des branches dans le souci constant d’améliorer et d’équilibrer la forme de l’arbre.
- Certaines situations exigent l’intervention d’une entreprise experte en la matière : branche surplombant un toit, arbre coincé au milieu de constructions.

En aucun cas, il ne faut ramener le véritable élagage aux "massacres" effectués par les services de voirie de certaines villes. Une vraie taille d’élagage ne doit jamais ébrancher complètement un arbre, mais, le respecter et l’aider à mieux se développer tout en le rendant inoffensif pour le voisinage.

couper au-dessus d'un rameau tire-sève

La meilleure époque pour élaguer est l’hiver, pendant le repos de la végétation, sur des arbres ayant perdu leurs feuilles. La raison est que non seulement les plaies effectuées à cette époque se cicatrisent plus facilement, mais aussi que l’absence de feuillage permet de beaucoup mieux repérer les rameaux à éliminer. Le travail s’applique à de grosses branches et l’utilisation d’une petite tronçonneuse légère s’impose.
- Pour s’assurer d’une coupe franche, on vérifiera que la chaîne soit bien affûtée et, une fois grimpé dans l’arbre, on cherchera une bonne assise pour pouvoir réaliser l’élagage de façon précise. Un aide, resté au sol pour mieux apprécier la vue d’ensemble, dirigera les coupes en indiquant les branches à éliminer. Il est donc indispensable d’être deux, l’autre personne ayant aussi pour tâche d’assurer la stabilité de l’échelle ; elle retiendra également les branches dans leur chute au moyen d’une corde accrochée avant chaque coupe.

trait de scie en dessous

- -Pour parer au danger, il faut absolument prévoir le point de chute des branches, et tout particulièrement des rameaux verticaux qui tombent droit sur celui qui les coupe. Par conséquent, l’élagueur s’arrangera pour que les branches atterrissent dans un endroit dégagé. Si une branche surplombe une construction, on l’attache en double amarrage et on la déplace pour qu’elle ne tombe pas immédiatement. De cette manière, on l’aide à venir dans le bon sens.

travailler à deux

De plus, il est important de ne jamais couper une très grosse branche en une seule fois et préférable de la débiter progressivement ; il vaut mieux en effet ne pas avoir des masses trop pesantes et trop volumineuses pour pouvoir contrôler leur chute.

tailler des tronçons

Toutes les grosses branches doivent être coupées avec prudence, pour éviter leur éclatement. On fait donc un trait de scie, de 3 cm de profondeur, à la partie inférieure et on coupe ensuite normalement, très légèrement en avant de l’entaille déjà faite. La branche peut alors se détacher du tronc en douceur. On prendra, enfin, la précaution de parer à la serpette et d’enduire de mastic cicatrisant toutes les plaies effectuées au moment de l’élagage, précaution qui intéresse avant tout les arbres fruitiers de plein vent très sensibles aux maladies.

tailler des tronçons

L’élagage a les mêmes conséquences qu’une taille normale, et chaque coupe s’effectue à proximité d’une branche qui assurera le remplacement de celle qu’on abat.
- Au-dessous de chaque coupe, laisser un rameau intact, qui permettra à la sève de circuler. L’écorce autour de la coupe sera bien irriguée et permettra une cicatrisation plus rapide. Une taille non traumatisante se fait toujours au niveau d’une fourche.

Il existe toutefois des cas particuliers. Ainsi, le saule pleureur qui doit recevoir un élagage très sévère lorsqu’il est attaqué par l’anthracnose (taches noires sur les branches) et la rouille (ponctuation brun orangé sur les feuilles). pour arrêter efficacement les deux maladies, on coupe alors toutes les branches qu’on brûle aussitôt et on ne laisse que le tronc de l’arbre.

Les arbres qui craignent le fer.
- Certaines espèces, comme les agrumes ou la plupart des arbres fruitiers à noyau, supportent mal l’élagage. Éviter de couper des branches dont le diamètre est supérieur à 7 cm.
- Élaguer les noyers en septembre ou au printemps. Bien mastiquer les plaies de taille de ces arbres.

Rehausser la couronne

Pour rehausser la couronne d’un arbre dont les branches gênent pour circuler, il suffit de supprimer simplement au ras du tronc les branches les plus basses. Sur un arbre âgé, il est préférable d’étaler le travail sur 2 ou 3 ans, en supprimant 1/3 des branches gênantes à chaque opération.

élagage doux

L’élagage doux est préférable à la taille radicale, qui défigure un arbre. En supprimant seulement une partie des branches, on peut conserver la silhouette de l’arbre : le vent et la lumière passeront mieux et l’arbre risquera moins d’être arraché par les tempêtes.

Une tronçonneuse manuelle légère et silencieuse :-Cette chaîne pèse moins de 200 g. On la manie à l’aide des deux poignées. On peut couper de grosses branches (10 cm de diamètre) situées assez haut sans avoir à grimper dans la ramure.

tronçonneuse manuelle


Commentaires

Navigation

Articles de la rubrique