Poster un commentaire à la suite de l’article...

Dipladenia - Mandevilla

Dipladenia ou Mandevilla, nouvelle et ancienne dénomination pour une liane cultivée dans le Midi en pleine terre.

En réponse à...

Logo de Pycris
mercredi 7 juillet 2010 à 00h19 - par  Pycris

Bonjour

Pour avoir eu maintes déceptions avec cette magnifique plante à l’approche de la saison froide (comme vous perte des feuilles, dessèchement etc.) j me suis documenté et j’ai compris mes erreurs.

Son vrai nom est Mandevilla, il s’agit d’un arbuste, liane à feuillage semi persistant et poussant les forêts d’Amérique centrale et du sud (du sud de la Californie à l’Argentine) donc en zone sub-tropicale ou tropicale. Il est important de savoir que ses racines sont des tubercules, donc peuvent emmagasiner de l’eau pour survivre pendant la saison sèche, qui est la période du repos et coincide avec l’hiver dans notre hémisphère. Pendant le repos la plante perd plus ou moins ses feuilles, selon les conditions du milieu (elle est considérée comme persistante dans son milieu d’origine et caduque dans nos régions, c’est pourquoi j’ai écrit "semi persistante"). A partir de là on peut mieux en déduire les besoins de la plante...

PH légèrement acide (5,5 à 6,5), en aucune manière neutre comme souvent préconisé. Cela dit, le dipladenia n’est pas non plus une plante de terre de bruyère !

Sol riche mais bien très drainé, composé d’un mélange par trois tiers de : terreau de feuilles (hêtre, chêne, charme etc.) partiellement décomposé additionné de terre franche de jardin (pour les nutriments notamment) et d’un engrais biologique riche en phosphore (poudre d’os, arrêtes de poisson ou guano) tourbe (pour l’acidité notamment), écorces de pin, sable grossier ou pouzzolane (la pouzzolane c’est encore mieux) pour le drainnage.

Apport régulier et conseillé de fertilisant riche en phosphore , proportions 10N, 20P, 10K.

N’utiliser que des pots en terre cuite pour faciliter l’aération du sol.

Arrosage modéré l’été avec une eau non calcaire (arroser lentement pour bien humecter la motte). La plante supporte la sécheresse mais ne supporte pas le moindre excès d’eau qui ferait pourrir les tubercules). Réduire en dehors des chaleurs puis arrêter ou fortement espacer pendant le repos hivernal. N reprendre qu’avec la réapparition des premiers bourgeons. Bassiner tous les soirs avec une eau non calcaire.

Hivernage au sec et 10-15° en milieu clair. Rentrer en octobre, ou dès que la température diminue en dessous des 10-15° la nuit. Rabattre de quelques yeux pour faciliter la reprise (floraison sur les rameaux de l’année) puis laisser la plante au repos pendant hiver, tout en évitant un assèchement total de la motte (arroser une fois par mois environ et moderemment).

Maladies, nuisibles et parasites : Cochenilles, aleurodes et araignées rouges sont à surveiller.. Traiter préventivement, avant la chute des feuilles, contres les champignons (fongicide).

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.