Plus d’insectes alliés du jardinier

Nous continuerons de présenter quelques-unes de ces petites aides que nous pouvons avoir dans le jardin. Comme nous l’avons dit dans un précédent Article Certains insectes peuvent nous aider à lutter contre les ravageurs des insectes nuisibles à nos cultures. Notre jardin, bien qu’artificiel, est un petit écosystème et en tant que tel nécessite de multiples éléments pour atteindre l’équilibre. Les insectes dévorants de leurs congénères sont l’un de ces éléments et peut-être l’un des plus importants.

Il aphidius C’est une famille de guêpes de seulement 3 ou 4 mm de longueur, la femelle a la particularité de pondre ses œufs à l’intérieur du corps des pucerons. Placez un œuf sur chaque puceron et chaque couvée se compose de plusieurs centaines d’œufs. Les larves dévorent le puceron de l’intérieur jusqu’à ce qu’elles le tuent et sortent. C’est pourquoi il est utilisé en agriculture biologique pour lutter contre les pucerons de diverses espèces qui attaquent à la fois les pommes de terre et les aubergines, les tomates et autres.

La mouche de guêpe fleur, Ce n’est pas un hyménoptère comme l’abeille ou la guêpe puisqu’il appartient à la famille des syrphidés. Si à l’âge adulte il se nourrit du pollen des fleurs, il est à son stade larvaire un autre grand dévoreur de pucerons, pouvant en dévorer plusieurs centaines dans cette phase. C’est un excellent complément à la coccinelle car elle se nourrit d’espèces de pucerons qu’elle rejette habituellement.

Il sauterelle verte en été, il se promène parmi les plantes à la recherche de nourriture, c’est un carnivore et bien qu’il n’effectue pas les tueries que font la coccinelle ou les hoverflies ou plutôt leur progéniture, il les complète.

La perce-oreille c’est un dermaptera facilement reconnaissable par les griffes de la queue, c’est un consommateur vorace de pucerons et de silas ou de miellat du poirier. Bien que le perce-oreille ait mauvaise réputation pour sa passion pour les pêches bien mûries, les abricots et les prunes, plutôt presque pourris. On peut en profiter en plaçant des pots de plantes dans ces arbres avant que les fruits ne mûrissent puis avec les perce-oreilles qui se seront réfugiés dans les contenants, les placer dans des pommiers et des poiriers, où ils pourront se régaler.

Via: Terrevivante

Vous pourriez également aimer...