Astuces en jardinage [1er-jardin.com]
Accueil du site > AU POTAGER > Plantes aromatiques, condimentaires & médicinales. > Primevère et coucou

Primulacées

Primevère et coucou

Primula officinalis

L’éclosion des primevères annonce le printemps. Son usage thérapeutique remonte au XIIè siècle, on la recommandait contre la paralysie et la mélancolie. Au XVIIè siècle on lui reconnaît des indications dans l’insuffisance cardiaque.

Primevère officinale

De nos jours on emploie les feuilles, mais surtout les fleurs de Primula officinalis, le coucou, en infusion comme antispasmodique, sédatif et diurétique ; ses vertus sont dues à la présence de pigments flavoniques dans les fleurs.

Avec la racine de primevère, partie la plus active au point de vue pharmacologique, on prépare une décoction ( 15 à 20 grammes par litre d’eau) dont on peut prendre trois tasses par jour contre la toux et le catarrhe, comme expectorant.

Coucou

En applications externes, les feuilles de primevère bouillies et encore chaudes soignent les ecchymoses et les contusions ; une décoction très concentrée produit le même effet.

Pour les douleurs articulaires, on peut recourir au suc frais de primevère.

Primevère acaule

Primula acaulis exerce une action analogue d’expectorant, de calmant, de diurétique et de sudorifique. Toute la plante possède des vertus thérapeutiques, mais c’est le rhizome qui en est le plus actif, car il contient un glucoside, la primuline.

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | SPIP