Astuces en jardinage [1er-jardin.com]
Accueil du site > AU POTAGER > Principaux légumes > Les légumes-racines > Pomme de terre

Solanacées

Pomme de terre

Solanum tuberosum

La pomme de terre est une plante vivace de 60 cm de haut. Elle a des tubercules de 6 à 10 cm de diamètre de toutes formes et de toutes couleurs. D’origine incertaine, elle est cultivée depuis fort longtemps en Amérique du Sud.

Pommes de terre

Exigeante, la pomme de terre doit succéder à une culture améliorante, donc une légumineuse ou un engrais vert. La proximité du haricot, du pois et de la fève lui est favorable, celle de la tomate, de la courge ou du tournesol néfaste.

On les classe en hâtives, demi-hâtives et tardives. Certaines variétés conviennent mieux à une région qu’à une autre.
 On obtient difficilement du plant de qualité en choisissant dans la propre récolte du jardinier amateur. Le plant est affaire de spécialiste et la vente est rigoureusement contrôlée. Il est divisé en classe élite, classe A, et classe B.
 L’amateur choisit généralement parmi les deux dernières. Le calibre 28/35 mm donne environ 2000 plants et le calibre 35/45 mm 800 plants pour 500 kg. Le premier semble donc plus avantageux ; la récolte est meilleure avec du 35/45 en année sèche.
 Le plant acheté à l’automne est placé sur des clayettes en un endroit éclairé, mais non ensoleillé, frais mais à l’abri du gel. Le but est d’obtenir des tubercules avec des germes courts et trapus.
 Le plant acheté au printemps est livré en clayette, prêt à être planté mais est très onéreux. La pré-germination du plant permet de gagner un mois sur la date de la récolte.

Solanum tuberosum

Culture
 Pour obtenir le meilleur rendement, la pomme de terre doit être plantée le plus tôt possible. Mais dès que les feuilles apparaissent hors terre, elles risquent d’être détruites par les gelées printanières, ce qui retarde et compromet la récolte.
 Il est donc prudent de ne risquer que quelques plants en mars et de terminer la plantation en avril. L’expérience semble prouver qu’une plantation faite quand le lilas fleurit ne risque plus le gel.
 Dans des trous de 15 à 20 cm creusés à la bêche, en ligne, on dépose un tubercule par trou, le plus beau germe dirigé vers le haut, puis on recouvre de terre fine en creusant les trous du rang suivant. Dès que les feuilles atteignent 0,15 à 0,20 cm de hauteur, on butte les pommes de terre. Un ou deux binages sont nécessaires auparavant.
 Quand les pommes de terre sont buttées, elles ne demandent plus aucune intervention culturale.
 Parmi les ravageurs, le doryphore, l’anguillule, la courtilière, le ver blanc, la teigne de la pomme de terre, les limaces et le taupin attaquent cette plante par ailleurs sensible à la rouille, à la fusariose, à la gale verruqueuse et aux maladies de dégénérescences. Pour éviter toute attaque de mildiou durant la croissance, pulvériser une bouillie bordelaise à deux reprises au cours de l’été. Les arrosages à la décoction de prêle donnent également de bons résultats.
 Elles sont mûres et peuvent être arrachées et récoltées quand les fanes de dessèchent, en juin pour les hâtives, en juillet-août pour les demi-hâtives, en septembre pour les tardives. Opérer par temps sec lorsque la terre est bien ressuyée.

Pommes de terre de primeur

Pommes de terre de primeur : elles sont obtenues en plantant des pommes de terre hâtives dès fin février sous un tunnel en plastique. Récolte en mai ou même en avril avant complète maturité.

Trucs et tour de main :
 En cas de risque de gel, butter les rangs de pommes de terre dont les feuilles sont déjà hors terre. Il n’y a aucun inconvénient à recouvrir totalement ces feuilles.
 Ne pas planter tôt dans une terre lourde insuffisamment réchauffée. Il risquerait de se produire le phénomène du boulage : le plant donne naissance à deux ou trois petites boules et la végétation s’arrête.
 Pour la plantation, si l’on possède un plantoir à bulbes, on peut s’en servir , la profondeur correspond juste à ce qu’il faut à la pomme de terre. Le terrain doit être ameubli et nivelé avant l’opération. Creuser un trou tous les 30 cm, laisser tomber la pomme de terre dans ce trou et reboucher sans tasser.

Solanum tuberosum

En collectant les épluchures de pommes de terre toute l’année, on peut nettoyer le conduit de fumée de la cheminée efficacement et à moindre coût en hiver : jeter les épluchures de pommes de terre sèches (3 à 4 bonnes poignées) sur les braises ardentes après une flambée dans la cheminée et laisser brûler ; cette action a un effet décrassant du conduit de fumée, les goudrons collés aux parois tomberont au fond du conduit, il suffira de les éliminer ! Cette astuce ne remplace néanmoins pas un bon ramonage annuel du conduit de fumée.

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | SPIP