Les allées


Les allées peuvent avoir des fonctions distinctes et même opposées : ou bien elles participent fortement au dessin du jardin qu’elles structurent alors et qui s’organise autour d’elles, ou bien elles se contentent d’être un moyen d’accès et se font alors aussi discrètes et efficaces que possible.

allée gazonnée

Dans un jardin très ordonné,
- on dessinera les allées avant de concevoir le reste du jardin. On commence par une allée principale, qui part toujours d’une ouverture construite - porte d’entrée de la maison, du portail, ou jonction entre les deux. Si le jardin est situé entre la route et la maison, cette allée sera carrossable et se terminera devant la maison, par un dégagement qui permettra d’y manœuvrer.
- Ensuite, en fonction de la taille du terrain, on ajoute au centre de celui-ci une allée perpendiculaire, moitié moins large que la précédente environ. Si le terrain est plus grand, on divise encore les quatre carrés par des allées en diagonales.

Fantaisie d'entrée

Dans le jardin libre
- on ne dessine les allées, en principe, qu’après le jardin lui-même. Les allées, ici, sont destinées moins à agrémenter le jardin qu’à s’y promener, pour en permettre la découverte. Elles jouent aussi un rôle pratique puisqu’elles permettent d’accéder un peu partout pour les travaux.
- A moins d’être un expert en art des jardins, il est donc imprudent de les établir dans la jeunesse du jardin, du moins de façon définitive. On les trace donc en fonction de l’idée générale que l’on souhaite, et l’usage quotidien déterminera quel est le meilleur plan.
- Dans la mesure du possible, et afin de réserver à l’œil des surprises, on évitera la ligne droite. Les courbes ne seront accentuées que si le jardin est grand ou en pente. Dans un jardin moyen et à peu près plat, on ne donnera qu’une courbe légère à l’allée, en plaçant sur le côté, dans la courbe rentrante, un bosquet, un massif ou tout autre obstacle qui justifie la courbe.
- Ces sinuosités permettent de ne pas embrasser le jardin d’un coup d’œil. pour ces mêmes raisons, la largeur d’une allée peut varier au fur et à mesure qu’elle se déroule. La circulation y gagne en naturel.
- La seule allée qu’il faille construire immédiatement est celle qui conduit au garage. On la fera alors aussi latérale et courbe que possible, de façon que le garage lui-même ne soit pas visible d’emblée depuis l’entrée.

JPEG - 66.8 ko
Briques, pierres et carreaux

Les matériaux
- Le gazon est le matériau le plus utilisé. Dans une prairie sauvage, un verger, le plus simple et le plus beau consiste à dessiner tout simplement les allées à la tondeuse.
- Dans l’allée, et pour éviter que le gazon ne vagabonde dans les massifs et les plates-bandes, on le bordera de chaque côté d’une lisière de briques, de pavés ...
- La couverture gazonnée serait idéale si elle ne conservait l’humidité et si elle n’était assez fragile. Elle demande un entretien soigné.
- Le sable et les graviers donnent des résultats inégaux. Ces matériaux s’enfoncent dans le sous-sol. On peut y remédier en plaçant en sous-couche du mâchefer damé ou un feutre spécial. Cependant, ce sont de bons matériaux drainants, et le gravier joue un rôle non négligeable d’avertisseur sonore : il est impossible d’y marcher silencieusement.
- L’asphalte, matériau peu élégant, convient toutefois à l’allée conduisant au garage.
- Tous les autres matériaux sont solides et donc, à priori, parfaits. La brique peut faire de très jolis dessins, cependant elle se délite au fil des ans.

Dessins en pavés ou en briques

- Les pavés sont très beaux, difficiles à mettre en œuvre et coûteux. En revanche, ils sont inusables.
- Les galets sont aussi très esthétiques, faciles à mettre en œuvre, inusables mais fatigants sous les pieds. De plus on ne peut y faire passer une brouette.
- Les carreaux sont beaux, très naturels s’il sont choisis grands et de tons doux, mais assez coûteux.
- Les dalles offrent une infinie variété. Mais les dalles blanc cru feront toujours artificiel.

JPEG - 58.7 ko
Posées dans du sable...

Les pierres sont posées dans un lit de sable pour éviter que le gel ne les soulève.

- Les schistes ou ardoises sont assez tristes et deviennent glissants dès qu’il pleut.
- Les granits, grès ou basaltes, ainsi que de nombreux calcaire blonds sont du meilleur effet.
- Le béton peut donner de bons résultats. Il est particulièrement utile pour les bandes de roulement des allées de garage, qui sont grâce à lui, efficaces et discrètes. Il existe des pavés de béton alvéolés, où l’on peut implanter du gazon.
- Quels que soient les matériaux retenus, on n’en associera pas plus de deux : bois-gazon ; pavés-briques ; briques-galets.

Construction
- L’allée, quelle qu’elle soit, est décaissée une fois tracée. Sa surface définitive sera légèrement en contrebas, de 5 à 19 cm du reste du jardin. Son profil est bombé pour faciliter l’écoulement de l’eau.

Son profil est bombé...

- On assure toujours un fond de matériaux drainants grossiers - cailloux concassés, mâchefer - sur lequel on pose le matériau définitif - gravier ou sable - ou du sable dans lequel viendront se caler les pavés ou les briques jointoyés au sable. On peut encore le recouvrir de béton maigre, selon la formule : 50 litres de sable, 50 litres de gravier pour 25 kg de ciment sur 10 cm. Sur cette couche, on étale du sable bien tassé où viendront s’installer les pierres plates "rustiques", irrégulières d’épaisseur et de forme, jointoyées au mortier composé de 50 litres de sable pour 25 kg de ciment.

JPEG - 52.1 ko
jointoiement au sable

- On pose les carreaux et les pierres plates d’épaisseur régulière sur un lit de mortier fin, qui servira aussi à les jointoyer, deux à trois jours plus tard. Ce jointoiement n’est pas obligatoire, on peut le remplacer par du sable

outils pour le poseur


Commentaires

Navigation

Articles de la rubrique