L’arrosage *


L’arrosage regroupe l’ensemble des techniques qui permettent d’apporter de l’eau aux plantes, d’une part dès que les précipitations naturelles cessent leurs fonctions et, d’autre part, indépendamment de ce cycle, quand il s’agit de techniques de culture particulières.

L’eau courante, canalisée, est celle que l’on utilise le plus souvent, à moins que dans certaines régions elle ne soit très calcaire et puisse, de ce fait, nuire à certaines cultures (plantes de terre de bruyère), ou bien très chère, ce qui limite son usage à grande échelle.
- Dans ce dernier cas, on procédera différemment, à condition de disposer d’un approvisionnement en eau gratuite, forage, étang, rivière ou source.
- Si on ne peut avoir accès à des ressources de ce type, on peut alors stocker l’eau de pluie en raccordant les gouttières de la maison à une grande citerne enterrée où une pompe immergée permettra de récupérer l’eau.

système simplifié pour récupérer l'eau de pluie.

- Chaque mètre carré de jardin consommant entre 3 et 5 litres d’eau, l’eau récupérée n’assurera qu’une partie des besoins. Comme il est possible de récupérer 500 litres d’eau par mètre carré de toiture, une citerne de 10 mètres cubes sera d’une aide certaine dans une propriété moyenne.
- Par ailleurs, l’eau de pluie a l’avantage d’être faiblement minéralisée et relativement pure dans les régions les moins polluées.
- L’eau de ville contient beaucoup de chlore. Or, le chlore tue, dans le sol, la vie microbienne nécessaire aux plantes. Il faudra compenser chaque année par un apport d’humus.

la rosée

Quand arroser ?
- Évidemment lorsque l’eau du ciel n’est pas suffisante. Il est difficile de donner des indications plus précises aux débutants. En cas de doute, il est toujours possible de creuser le sol pour tester, ou par la vue, ou par le toucher, le degré d’humidité, au niveau des racines de la plante.
- Tout dépend de la saison. Au printemps, on arrosera de préférence assez tard le matin, dès que le sol est un peu réchauffé, pour éviter les gelées tardives.
- En été, (+ 20°C), c’est l’inverse, on arrose de préférence le soir, à la tombée de la nuit, pour se soustraire à l’évaporation. Si l’on ne peut procéder de cette manière, il ne faudra surtout pas arroser en pleine journée par temps ensoleillé, les rayons du soleil, concentrés par les gouttelettes agissent alors comme des loupes et peuvent brûler le feuillage.

cuve enterrée

- A la plantation ou au repiquage, l’arrosage permet de bien coller la terre aux racines. On évite ainsi les trous d’air dans lesquels les racines se dessèchent. De plus une réserve d’eau est mise à la disposition de la plante au moment difficile de sa reprise. L’eau du ciel n’est pas toujours suffisante. Elle est presque inopérante pour les plantations et les repiquages.
- Selon les besoins des plantes : les légumes feuillus ont besoin de plus d’eau que les légumes racines, sauf au départ de la végétation. Pour les légumes à fruits ( aubergines, concombres, tomates, melons, haricots, etc...) diminuer les arrosages dès que la production commence. Les bulbes craignent la pourriture en cas d’arrosages trop répétés. Les arbres et arbustes ont besoin d’apports d’eau surtout les deux premières années de plantation. Pour les fleurs, il est facile de vérifier lorsque la plante a tendance à courber la tête et les feuilles à se faner.
- Suivant la texture du sol : en sol sableux ne retenant pas l’eau, arroser souvent (tous les deux jours) ; en sol plus compact (c’est le cas en général) arroser copieusement, mais moins souvent : une fois par semaine suffit en bien des cas, sauf climat exceptionnellement chaud et sec.

cuve enterrée

Pour éviter les erreurs :
- Avant de stopper l’arrosage, vérifier si l’eau a bien pénétré au niveau des racines des plantes. L’erreur consiste bien souvent à n’arroser que superficiellement tous les jours au lieu d’arroser abondamment une fois par semaine.
- Ne pas arroser les petits semis ou les plantes fragiles avec une eau trop froide.
- Ne pas arroser quand il fait froid. La plante a moins besoin d’eau et risque la pourriture ou même le gel.


Commentaires

Navigation

Articles de la rubrique