Les amendements organiques

L’amélioration physique des sols passe le plus souvent par leur enrichissement en matière organique, c’est à dire en humus. Ce dernier retient l’eau, rééquilibre le pH, s’associe avec l’argile pour former une terre plus légère, ou avec la silice pour augmenter le pouvoir absorbant du sol. De plus, sa flore microbienne très importante permet la transformation des éléments nutritifs, en particulier de l’azote.


Articles publiés dans cette rubrique

LA TERRE DE BRUYERE

Cet amendement un peu particulier se caractérise par un pH très acide, inférieur à 5. La véritable terre de bruyère est d’ailleurs de plus en plus rare.
La terre de bruyère se présente comme un substrat fibreux, composée de débris de racines et de souches de bruyère, avec une consistance spongieuse (...)

LES COMPOSTS

C’est un mélange de tous les déchets du jardin et de la maison : mauvaises herbes (sauf liseron), déchets de légumes, déchets de viande, cendre de bois, feuilles, sciures, déchets de tontes de gazon
Un compost est valable au bout d’un an à condition d’avoir été arrosé plusieurs fois, soit (...)

LE TERREAU

Le terreau donne de l’humus et beaucoup d’acidité. Il est surtout utilisé pour la culture potagère et florale sous châssis. C’est une matière humifère résultant de la décomposition complète du fumier, des feuilles ou de la tourbe, le terreau est généralement assez riche en azote.
Gras et humide, le (...)

LA TOURBE

Bien que son prix de revient soit élevé pour constituer un amendement valable, la tourbe devrait être utilisée par tout jardinier amateur.
La tourbe provient de la décomposition de mousses et de joncs dans des milieux humides et pauvres en oxygène, c’est un produit quasiment fossile parvenu à un (...)

LE FUMIER

L’humus est le résultat de la décomposition de la matière organique dans le sol
Le fumier est un élément traditionnel pour l’amélioration du sol du jardin, il est formé par les déjections des animaux domestiques, en mélange avec de la paille. On l’emploie après un compostage d’au moins six mois. Il (...)

Navigation

Mots-clés de la rubrique